justice

Agir pour la création d’un Parquet National Antiterroriste

Louis Vogel, Délégué national d’Agir, Maire Agir de Melun et Président de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, soutient la création d’un parquet national antiterroriste annoncée par la Garde des Sceaux ce lundi 18 décembre.

Toute institution en crise se raidit.

Les différents attentats qui ont ensanglanté notre pays ces dernières années ont marqué un basculement politique et social. L’ensemble de la société a pris conscience que notre pays était une cible durable d’un terrorisme islamique protéiforme.

Face à cette dure réalité, Agir souhaite éviter deux écueils qui feront que la justice de demain répondra avec fermeté mais pragmatisme aux questions pénales nouvelles qui nous divisent.

Le premier serait de traiter le terrorisme comme un crime parmi d’autres, manifestation extrême d’une déviance sociale ordinaire. Ce serait manquer un élément essentiel : la profondeur de la revendication idéologique dont ce terrorisme est porteur.

Le second serait de mettre en place une réaction identitaire, qui ciblerait en bloc certains individus pour leur culture, religion ou origine. Cette réaction clivante est précisément l’objectif recherché par ces organisations terroristes qui visent à provoquer de la part des sociétés européennes un rejet indistinct du radicalisme violent, mais aussi d’une certaine religion.

Eviter ces deux écueils à la fois est un exercice très délicat.

Il faut mettre en place une réaction sur mesure qui condamne sans appel les idéologies violentes et nous en protège efficacement.

Inspiré du parquet national financier créé en décembre 2013 et installé depuis le 1er mars 2014, un parquet national antiterroriste devrait voir le jour courant 2018, comme l’a annoncé ce lundi 18 décembre Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, devant les procureurs généraux et les référents en matière de terrorisme.

Trente et un ans après la création de la section antiterroriste du parquet de Paris, dotée d’une compétence nationale, un parquet national antiterroriste (PNAT), autonome, serait une réponse pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation, défi inédit dans sa forme et son ampleur. C’est d’ailleurs ce que je proposais dans Justice Année Zéro.

Alors que la France vient de sortir de l’état d’urgence, l’ampleur des compétences qui seront dévolues à ce nouveau parquet reste en suspens, notamment en matière de cybercriminalité, enjeu majeur du terrorisme moderne.
Il faut néanmoins saluer le courage de cette décision.

La création de ce PNAT est une solution pour désengorger la section antiterroriste du parquet de Paris. En effet, depuis novembre 2017, cette section, dite C1, suit 457 dossiers impliquant 1 453 personnes, dont la plupart sont liés au terrorisme islamiste. Cela permettra notamment de recentrer le Parquet de Paris sur la délinquance du quotidien et d’offrir une véritable carrière aux parquetiers qui se consacrent à l’antiterrorisme.

Pour accompagner cette mesure, Agir propose de mener un plan de recrutement dans les juridictions spécialisées pour tout le territoire. Le renforcement des Juridictions interrégionales spécialisées (JIRS) aidera à s’attaquer aux éventuelles sources du terrorisme.

Il est également nécessaire que ce nouveau procureur puisse jouir du rang hiérarchique suffisant pour parler d’égal à égal avec le directeur du renseignement. Ce procureur devra disposer de prérogatives élargies en matière de contrôles, fouilles et perquisitions, et être capable de coordonner bien plus efficacement les poursuites.
Enfin, durcissons nos peines dans ce domaine. Elevons de 10 à 15 ans la peine encourue pour le délit d’association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes. A ce titre, la création de l’article 421-7 du Code Pénal, issue d’un amendement parlementaire défendu en séance par le député Frédéric Lefebvre en février 2016, va dans le bon sens en prévoyant une période de sûreté incompressible pour les auteurs d’acte de terrorisme.

Agir soutiendra toute initiative visant à adapter notre système judiciaire à ces circonstances aussi tragiques que malheureuses.

autriche

Alliance de la droite et l’extrême droite en Autriche : Agir

De la dénégation à la contagion, la frontière est ténue…

Du pouvoir de Défense au pouvoir d’Agression il n’y a qu’un pas…

L’Autriche fit, par le passé, le lit de l’extrême droite en quête d’autarcie économique se jetant dans les bras d’un pouvoir autoritaire.

80 ans déjà, de l’Austrofacisme à l’Anschluss !

80 ans déjà, les ministères de l’intérieur et de la Guerre (la Défense bien sûr et en quelque sorte les Affaires étrangères)…

Si proche et si douloureux…

Si affligeant et si inquiétant…

L’histoire bégaye.

L’alliance terrifiante entre la droite et l’extrême droite fait son nid au cœur même de l’Europe, dans un petit pays enclavé aux huit frontières avec la Suisse et le Liechtenstein à l’ouest, l’Italie et la Slovénie au sud, la Hongrie et la Slovaquie à l’est, l’Allemagne et la République Tchèque au nord.

Insidieusement, dans une forme de dénégation, la jeune droite de Sebastien Kurz, 31 ans, a fini par convoler avec la vieille droite de feu Haider (réhabilitant les nazis comme en France certains tentent de réhabiliter Pétain) réinitialisée en jeune droite nationaliste incarnée par le nouveau vice-chancelier, Heinz-Christian Strache, 48 ans…

A la suite d’une campagne menée sur les thèmes de l’immigration, l’islam et la sécurité, la terrifiante coalition prendra la présidence tournante de l’Union Européenne cet été…

Un jeune Premier et vieux routier de la politique Autrichienne qui fascine jusque dans les rangs de mon ancien Parti les LR.

Une banalisation galopante qui ne fait même plus l’objet en France d’une pourtant si légitime dénonciation.

Plutôt glaçant !
Mais si motivant…

Il nous appartient d’entrer en résistance active…

Agir en Europe en renforçant la politique de défense et la politique de Sécurité de l’union Européenne dans le respect de nos valeurs.

Agir en créant une véritable police Européenne des frontières, mutualisée et renforcée.

Agir en multipliant les hot-spots au pourtour de l’Europe qui accueillent les migrants et contrôlent ceux qui ont vocation à entrer sur le territoire de l’Union Européenne.

Agir en maintenant la suppression de la double peine mais en créant une peine initiale de retour à la frontière pour les délinquants étrangers.

Agir en créant un produit fiscal incitant les étrangers en France voire en Europe à créer des entreprises dans leur pays d’origine financé par une baisse à due concurrence de l’aide au développement d’État à État.

Agir en protégeant le patrimoine judéo-chrétien de l’Europe.

Agir plutôt que se lamenter.

Agir pour résister.

Agir plutôt que réagir.

cahors

Agir salue l’initiative de délocalisation de Matignon dans un territoire rural pendant 2 jours

Au delà du symbole qui est important, cet exercice permet une véritable prise de conscience des services de l’État grâce à l’immersion totale dans la réalité.

Compte tenu de l’avenir mondial de la France nous souhaitons que Matignon ou l’Elysee puissent être dans les prochains mois délocalisés deux ou trois jours dans une ambassade de France à l’étranger.

La priorité donnée à la construction de l’Europe, l’enjeu des conséquences du Brexit et la proximité des élections européennes m’amènent à suggérer à la France de choisir une capitale Européenne, pourquoi pas Berlin, pour cette première.

Chaque continent pourra ensuite faire l’objet d’une telle approche collaborative, qui saura sans nul doute rapprocher la France de nos compatriotes qui vivent à l’étranger.

Frederic Lefebvre
Délégué national d’Agir

internet

Agir propose de renforcer le plan Très Haut Débit annoncé par le Premier Ministre

Laure de La Raudière, députée Agir d’Eure-et-Loir, salue la volonté du gouvernement de s’engager pour la couverture numérique du territoire tant sur le très haut débit fixe que mobiles, lors de l’annonce faite par le Premier Ministre à l’occasion de son déplacement à Cahors.

Agir souhaite que l’ambition de l’accès au Très Haut Débit par la fibre optique soit retenue, comme cible, au risque de l’apparition d’une nouvelle fracture territoriale à l’issue du plan en 2022, y compris sur la couverture mobile.

Selon la députée, l’objectif de fibrer l’ensemble du territoire doit être un objectif politique majeur, accompagné financièrement afin de résorber efficacement l’inégalité d’accès au numérique. Apporter aux habitations isolées des zones rurales comme seule solution d’accès très haut débit qu’un accès satellitaire, ne peut être que transitoire, tant cette technologie ne permet pas un usage comparable aux réseaux filaires.

Or, seul l’accès à la fibre permet une très bonne qualité d’accès à internet, avec les besoins qui seront ceux des Français demain : « L’accès universel au numérique est devenu un droit, au même titre que l’électricité ou l’eau, notamment avec l’arrivée massive des objets connectés ou de la télémédecine. Agir souhaite enrichir les mesures annoncées par le Premier Ministre avec des propositions très concrètes. »

Laure de La Raudière propose au gouvernement et à l’ARCEP de renégocier avec les opérateurs les indicateurs de mesure de la qualité de services mobiles et d’obtenir des engagements de couverture mobile à l’intérieur des maisons, par département, à l’occasion de la négociation du renouvellement des fréquences mobiles. Ces propositions permettraient de renforcer le plan Très Haut Débit annoncé aujourd’hui par le Premier Ministre, au bénéfice des habitants de nos territoires ruraux.

Dans un rapport co-rédigé avec Eric Bothorel (député LREM, Côtes-d’Armor) en octobre 2017, les deux députés avaient établis un état des lieux de la couverture du territoire en très haut débit, et formulé vingt propositions concernant à la fois la couverture fixe et la couverture mobile, notamment l’exigence d’avoir fibré 100% des Français en 2025 et l’arrivée de la 4G pour tous en 2020.

oneplante

Agir se félicite du succès de la conférence internationale One Planet Summit

Le Sénateur Jérôme Bignon y représentait le mouvement, au nom de notre engagement à protéger la planète et assurer une transition énergétique réussie.

Nous nous réjouissons de cette initiative qui, dans un mode plus resserré, vise à trouver de nouvelles manières de financer la lutte contre le changement climatique. Dans un monde sujet à de plus en plus de catastrophes naturelles, ce verdissement de la finance est une étape essentielle de la révolution écologique et solidaire de nos sociétés.

Agir est sensible à ces problématiques et fera tout son possible pour que la transition climatique soit au cœur du débat public.

Ce n’est pas un sujet de gauche ou de droite, c’est le défi de ce siècle et il faut que toutes les forces vives de notre Pays travaillent à le relever grâce à un développement durable.

Compte-tenu de la gravité de la situation, Agir souhaite que soit imaginée un dispositif de sanctions pour contraindre les pays signataires en cas de non respects des accords.

aide

Agir pour l’extension des droits de congés des aidants familiaux

Agir promeut une vision humaniste de la politique. L’accompagnement des personnes âgées fait partie de ses problématiques sociales prioritaires.

Dans ce cadre, dès le lendemain de sa création, Agir, par la voix de Paul Christophe, propose d’améliorer les conditions des aidants familiaux de personnes âgées dépendantes. 80% des aidants sont des proches des personnes dépendantes. Près de la moitié des actifs sont des aidants.

Aujourd’hui un aidant de personnes âgées dépendantes peut prendre des congés non-rémunérés, via deux dispositifs : le congé de proche aidant et le droit au répit.

[minti_blockquote] Parce qu’agir pour accompagner le vieillissement de la population est un enjeu d’intérêt national. L’aide aux aidants constitue une des pierres de cet édifice. [/minti_blockquote]

Agir souhaite offrir la possibilité à ces aidants de prendre des congés rémunérés via un dispositif de solidarité. Agir veut autoriser qu’un salarié puisse céder ses droits à congé rémunéré à un autre salarié ayant à sa charge une personne âgée dépendante.

>> Êtes-vous pour ou contre cette démarche visant à permettre l’extension des droits de congés des aidants familiaux pour aider à l’accompagnement des personnes âgées ?

[contact-form-7 404 "Not Found"]

 

an

La première proposition d’Agir votée à l’unanimité à l’Assemblée nationale

Ce jeudi 7 décembre, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture et à l’unanimité la proposition de loi de Paul Christophe, délégué national d’Agir et rapporteur de la commission des affaires sociales, sur l’extension du don de jours de repos en entreprise pour les aidants familiaux. Cette proposition a été défendue, au nom du groupe UDI, Agir et Indépendants, par Agnès Firmin le Bodo, déléguée nationale d’Agir, qui a relevé son caractère « transpartisan ».

Agir : Un projet humaniste

Agir promeut une vision humaniste de la politique.
Seulement deux jours après sa constitution officielle, Agir a choisi de défendre au parlement une idée de bon sens, réclamée dans la France entière et a donc appelé au vote unanime d’une solution concrète améliorant l’accompagnement des personnes âgées dépendantes.

Par la voix de Paul Christophe et Agnès Firmin le Bodo, Agir et son allié UDI ont défendu pour les aidants, dont près de la moitié sont des actifs, le droit de prendre des congés rémunérés via un dispositif de solidarité.
80% des aidants sont des proches des personnes dépendantes.

Une nouvelle attitude politique

Pour sa première proposition Agir a choisi une problématique humaniste et transpartisane qui a finalement obtenu le soutien du gouvernement.
L’Assemblée nationale a voté le droit nouveau pour un salarié de céder ses droits à congé rémunéré à un autre salarié ayant à sa charge une personne âgée dépendante.
Les orateurs de tous les groupes parlementaires ont soutenu cette proposition. Seule la France insoumise a émis des critiques sans pour autant voter contre.

Agir souhaite travailler avec toutes celles et ceux qui veulent réformer le pays.
Paul Christophe a d’ailleurs déclaré « avec le vote de cette proposition, j’espère trouver aujourd’hui dans cet hémicycle, 577 ambassadeurs de la cause des aidants ».

23845794_1380294792098315_7165055089854196147_o

Communiqué de presse du 5 décembre

Ce mardi 5 décembre, le parti Agir – La Droite constructive s’est officiellement constitué autour des 20 membres fondateurs, délégués nationaux, qui s’organisent pour travailler de manière collaborative avec les citoyens.

Suivez-nous sur Twitter

© 2019 Tous droits réservés - Mentions légales - Conçu par CONCILIUM