PaulChristophe

La 5ème branche de la Sécurité Sociale créée grâce à un amendement du groupe Agir Ensemble

L'amendement déposé par Paul Christophe a été adopté hier soir.

Cet amendement permet d’aller plus loin que le Projet de loi initial, en créant directement une cinquième branche au sein du régime général de la sécurité sociale sans passer par les lois de financement de la sécurité sociale. La constitution de ce nouveau régime de base garantira la lisibilité de l’effort national en faveur des personnes âgées et/ou en situation de handicap.

Il s’agit véritablement d’un acte fort, car c’est la première fois depuis 1945 qu’une loi vient ainsi créer une nouvelle branche dans le Code de la sécurité sociale. Maintes fois promise et repoussée, cette évolution sera enfin gravée dans le marbre. Le Gouvernement devra désormais y adosser les financements nécessaires dans les prochains Projets de loi de financement de la sécurité sociale, en organiser la gouvernance et en déterminer les objectifs. La question de la perte d’autonomie ne peut plus être négligée, elle sera ainsi prise en compte à la hauteur des nouveaux enjeux de notre société.

La solidarité comme totem de la gestion de crise dans les territoires

La période de confinement a déstabilisé le fonctionnement de nombreuses institutions et organisations, du soutien aux personnes âgées jusqu’à l’aide alimentaire, et mis en évidence leur nécessité pour accompagner les plus fragiles au quotidien. Nombre de collectivités ont ainsi œuvré pour pallier leur absence en période de confinement, afin de se faire le relais de ces solidarités auprès des habitants.

C’est notamment le cas de la ville de Melun qui a distribué des chèques alimentaires utilisables dans les commerces de la ville aux familles privées de cantine du fait de la fermeture des écoles. Dans le 15ème arrondissdement de Paris, des paniers repas ont été distribués pour les familles précaires ayant des enfants scolarisés et bénéficiant usuellement du tarif cantine social le plus bas.

La ville de Sète a mis en place un fonds d’aide sociale à destination des personnes en difficulté du fait de la crise et financé des colis d’urgence soutenir les actions d’aide alimentaire en place.

Le Département de l’Allier a organisé l’achat et la livraison d’ordinateurs pour des publics non équipés, ces outils étant devenus indispensables pour l’éducation et le maintien du lien social en période de confinement. Services de protection de l’enfance, Ehpad ou encore familles ont ainsi été dotés. Le département de l’Ille-et-Vilaine a lui acheté 600 ordinateurs, prêté aux collégiens non équipés.

Parce que maintenir le lien social avec nos aînés est l’un des défis de la crise, la ville de Roche-la-Molière a accordé une importance particulière aux résidents des Ehpad, en créant l’un des premiers parloirs sécurisés de France, mais aussi en organisant une distribution de muguet à leur intention le 1er mai. A Thiron-Gardais, les plus de 65 ans sont régulièrement appelés par les agents sociaux de la ville.

Afin d’éviter aux personnes vulnérables de se déplacer, la ville d’Arras a de son côté créé une conciergerie proposant l’achat et la livraison à domicile de produits par les agents municipaux.

Souvent au-delà de leurs compétences classiques, les territoires ont donc été en première ligne pour accompagner les plus fragiles dans cette crise, et défendre les valeurs de solidarité dont de nombreux Français se sont fait l’écho ces dernières semaines.

d8de7ebda15a9f7ce67ff83d89ad0a11_AGIR3-768-c-90

Communiqué : élection d’Olivier Becht / Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe

Monsieur Olivier BECHT, député du Haut-Rhin et porte-parole d’agir_ a été élu ce mardi Président de la Commission de la Culture, de la Science, de l’Education et des Médias à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Le Conseil de l’Europe est l’institution fondée en 1949 qui rassemble les 47 pays de la Grande Europe (ceux de l’Union européenne mais aussi le reste de l’Europe de l’Est, la Russie, la Turquie, la Géorgie, l’Arménie…). Elle protège les Droits de l’Homme, la Démocratie et l’Etat de Droit. Elle compte au titre de ses institutions la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Olivier BECHT y représente la France au titre de l’Assemblée nationale (où il est membre de la Commission de la Défense Nationale), et il y exerce notamment les fonctions de rapporteur général pour la science et la technologie. Il est le seul Français à présider une commission au sein de cette assemblée.

Les membres du Comité National d‘Action

 

Télécharger le PDF

d8de7ebda15a9f7ce67ff83d89ad0a11_AGIR3-768-c-90

Communiqué : Soutien pour les élections municipales – VANVES

Le Comité National d’Action, sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, apporte son soutien, à Vanves, à Séverine EDOU.

Elle saura mener une liste de rassemblement, et portera les valeurs qui sont les nôtres, autour de la participation citoyenne au projet municipal et de la prise en compte de la transition écologique indispensable. Soutenue par Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat et conseiller municipal de Vanves, elle propose de réunir une équipe qui présentera aux Vanvéens et aux Vanvéennes un projet solide et une nouvelle vision de leur ville.

Les membres du Comité National d‘Action

Télécharger le PDF

d8de7ebda15a9f7ce67ff83d89ad0a11_AGIR3-768-c-90

Communiqué : Investitures et soutiens pour les élections municipales Boîte de réception x

Le Comité National d’Action a, sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, validé les investitures des candidats suivants :

Clisson (44) : Richard BELLIER
Léognan (33) : Marie VIGUIER
La Seyne sur Mer (83) : Serge DANINOS
Les Sables d’Olonne (85) : Brigitte TESSON
Vire (14) : Pascal MARTIN

Le Comité National d’Action a également décidé de soutenir les candidats suivants :

Asnières sur Seine (92) : Alexandre BRUGERE
Aubagne (13) : Sylvia BARTHELEMY
Auxerre (89) : Guy FEREZ
Avon (77) : Béatrice RUCHETON
Bois-Guillaume (76) : Philippe COUVREUR
Bourg la Reine (92) : Patrick DONATH
Cabriès (13) : Marc RADIGALES
Chevilly la Rue (94) : Yacine LADJICI
Créteil (94) : Sylvain THEZARD
Cugnaux (31) : Alain CHALEON
Douai (59) : Caroline CRAEYE
Fondettes (37) : Cédric DE OLIVEIRA
Garches (92) : Jeanne BECART
Istres (13) : Thierry BLANC
Limoges (87) : Émile-Roger LOMBERTIE
Mauguio (34) : Yvon BOURREL
Montferrier (34) : Jean-Paul BORD
Muret (31) : Laurent MAZURAY
Nantes (44) : Valérie OPPELT
Neuilly sur Seine (92) : Jean-François ROUZIERES
Pibrac (31) : Bruno COSTES
Poissy (78) : Karl OLIVE
Portet sur Garonne (31) : Bernard GROULT
Ramonville (31) : Sylvie BROT
Saint Louis de la Réunion : Cyril HAMILCARO
Saint Maur des Fossés (94) : Sylvain BERRIOS
Tassin la Demi-Lune (69) : Julien RANC
Vitrolles (13) : Alain AREZKI

Les membres du Comité National d‘Action

Télécharger le PDF

ecologie

Tribune – Pour un Grenelle de l’énergie en Europe

agir_ a souhaité prendre la parole sur la question de la transition énergétique et de la nécessité de traiter ces sujets, comme la recherche de nouvelles énergies, au niveau européen, pour y apporter des réponses satisfaisantes et durables.

Vous trouverez ci-après la tribune signée par nos élus sur ce sujet.

Victor Hugo disait déjà que c’était « une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas ». Il semble désormais que la prise de conscience de l’urgence écologique soit partagée, le dernier rapport du GIEC ayant eu sur ce plan un retentissement exceptionnel à l’image des perspectives désastreuses qu’il prévoit si nous en restions à ce niveau d’action. Les derniers rapports de l’OMS font également écho à cela : les gaz à effets de serre seraient responsables du décès prématuré de 500.000 européens chaque année. Il est de notre responsabilité à tous, et particulièrement à nous, élus, d’aller plus loin pour enrayer ce qu’on ne peut se résigner à considérer comme inévitable.

Nous mesurons chaque jour, dans tous les territoires, que la question de la transition énergétique est au cœur des préoccupations de nos concitoyens. Mais les changements de comportement qu’impliquent les actions nécessaires pour répondre à cette attente sont trop souvent perçus comme punitifs. La remise en cause de nos modes de vie dans le contexte des difficultés du quotidien de tout un chacun en devient difficilement acceptable, malgré sa nécessité.

Il faut souligner le travail fait par les collectivités territoriales pour développer les modes de transport alternatifs : ces actions doivent se poursuivre et s’amplifier. Mais la seule pression fiscale ne suffira pas à éloigner de la voiture un grand nombre de nos concitoyens qui n’ont pas la possibilité, aujourd’hui, de faire autrement. Nous ne pouvons leur offrir la seule perspective d’une hausse de la fiscalité. Sans accompagnement, toute mesure écologique sera vouée à l’échec, et en voulant éteindre un incendie, nous n’aurons fait que participer à son embrasement.

Les âpres discussions actuelles sur la fiscalité des carburants ne doivent pas nous faire perdre de vue l’enjeu principal pour le long terme : celui de l’ensemble de nos consommations énergétiques. Elles ne peuvent être réduites à nos mobilités, sans quoi nous apporterions immanquablement des réponses incomplètes et insuffisantes.

C’est la raison pour laquelle nous devons engager une véritable révolution énergétique.

Énergies fossiles, nucléaire, batteries électriques ou panneaux solaires : aujourd’hui, notre modèle énergétique repose sur des pratiques qui ne sont écologiquement pas satisfaisantes parce qu’elles impactent négativement notre environnement lors de leur production ou de leur consommation. Nous devons décupler nos efforts de recherche sur les énergies renouvelables. C’est la première étape pour faire émerger au niveau européen des géants des énergies propres qui seront de formidables atouts par l’activité et les emplois qu’ils apporteront.

La rénovation énergétique est de la même manière une question cruciale. Mais, que ce soit par une meilleure isolation des bâtiments neufs ou par l’amélioration des bâtiments anciens par l’utilisation d’éco-matériaux comme le béton de chanvre par exemple, l’accompagnement via des mesures incitatives est indispensable. Là encore, développer ces activités dans le bâtiment permettrait de renforcer l’emploi local et d’assurer un plus juste équilibre dans nos territoires.

Les biocarburants sont aussi une des solutions contre l’émission de gaz à effet de serre et les particules fines. Le soutien à cette filière française doit être affirmé notamment en augmentant les taux d’incorporation, aujourd’hui trop faibles, mais aussi en travaillant avec les constructeurs automobiles pour favoriser les boîtiers de conversion.

Si cette révolution énergétique que nous appelons de nos vœux doit répondre à une urgence climatique et porter des perspectives économiques et sociales, elle doit aussi être pour nous l’occasion de renforcer notre souveraineté. Nous ne pouvons plus dépendre des superpuissances comme la Chine ou la Russie pour nous fournir en énergie. Mais, soyons lucides, nous devons changer de modèle énergétique, car la France ne sera jamais un producteur majeur de pétrole ou de gaz. Si nous voulons renforcer notre indépendance énergétique, nous devons nous-mêmes créer les énergies qui, demain, nous permettront de nous chauffer, de nous déplacer et de faire tourner notre économie.

Il est des combats que nous ne pourrons mener seuls, au regard de l’ampleur de la tâche, celui-ci en est l’exemple type : il n’y aura de réponse adaptée qu’au niveau européen. Dire que nous sommes capables de le faire dans le cadre nos frontières nationales est illusoire. En mettant en commun nos efforts de recherche, nous trouverons plus vite de meilleures solutions énergétiques dont l’industrialisation permettra de développer notre économie et de créer des emplois.

Nous, élus d’agir_la droite constructive, appelons à la mise en place d’un Grenelle de l’Énergie au niveau européen, qui devra permettre, 10 ans après le Grenelle de l’Environnement en France, de définir clairement les orientations qui permettront de répondre au défi majeur du changement climatique, d’apporter de nouvelles perspectives économiques et sociales et de renforcer notre souveraineté collective.

Le Comité National d’Action d’agir_

Suivez-nous sur Twitter

© 2019 Tous droits réservés - Mentions légales - Conçu par CONCILIUM