Suppression de l’Exit tax : la fin de la démagogie fiscale comme pur affichage politicien !

Une partie de la droite et de la gauche défend aujourd’hui cette Taxe stupide que j’ai combattue en interne au Gouvernement lors de sa création fin 2011 quand Nicolas Sarkozy était Président, puis que j’ai tenté de supprimer tout au long du quinquennat suivant, notamment lorsqu’elle a été durcie par Jean Marc Ayrault !

Nicolas Sarkozy a accepté la mesure imaginée par la commission des finances de l’Assemblée Nationale et la Ministre du budget Valérie Pécresse, leur but légitime étant de lutter contre les entrepreneurs qui après avoir développé leur entreprise en France partaient réaliser leur plus-value à l’étranger pour éviter la taxation confiscatoire en France. Il eut mieux valu baisser notre fiscalité en choisissant d’inciter que de l’augmenter pour punir ! Mais Nicolas Sarkozy cherchait un « marqueur de gauche » avant la présidentielle, pour rompre avec l’image du président des riches qui lui collait à la peau depuis la création du bouclier fiscal en 2008.
En charge des PME au Gouvernement, j’ai essayé de l’en dissuader car je prédisais que la mesure allait inciter les entrepreneurs anticipant une plus-value importante et rapide, notamment les start-up dans la Tech, à partir créer leur entreprise à l’étranger. C’est exactement ce qui s’est passé. On a fait fuir l’innovation pour tenter de gagner une élection !

Non seulement cette taxe n’a rapporté que 70 millions (même si son potentiel de 800 millions par an pèse comme une épée de Damoclès sur la tête des candidats au départ), mais elle a en réalité fait perdre des centaines de milliers d’emplois et des milliards en fiscalité à notre pays, en raison du départ des créateurs de start-up à l’étranger. Je les ai vu massivement arriver aux États-Unis !
Avant cette taxe folle, les entreprises grossissaient en France puis partaient réaliser leur plus-value à l’étranger. Certes l’Exit tax a dissuadé les entreprises existantes de le faire mais elle a surtout, et c’est grave, dissuadé les futures entreprises à dimension mondiale de se créer et de grossir en France ! Un comble.

Emmanuel Macron a donc mille fois raison de vouloir supprimer une taxe stupide qui a l’effet inverse de celui recherché car elle incite à monter son entreprise à l’étranger et fait donc fuir la création de valeur !
Il rompt ainsi avec la démagogie fiscale comme pur affichage politicien et choisit au contraire le chemin de l’efficacité et de la franchise.

Frédéric Lefebvre
Délégué national à la communication et action collaborative

© 2019 Tous droits réservés - Mentions légales - Conçu par CONCILIUM