Le boycott du congrès doit être sanctionné par les Assemblées

Le choix du Président de la République de rendre des comptes devant le congrès chaque année et de tracer des perspectives pour l’année suivante est un signe de respect pour le bicamérisme et d’attention au Parlement, exceptionnellement réuni pour évoquer la situation de la France.

Le présenter, au prétexte que c’est à Versailles, comme un acte monarchique est une supercherie.

Les députés et les sénateurs qui boycottent ce rendez-vous démocratique devraient être sanctionnés sur leurs indemnités parlementaires pour absentéisme caractérisé.

S’ils veulent s’opposer, ce qui est parfaitement leur droit, qu’ils utilisent leur temps de parole au lieu de dénigrer nos institutions.

Frédéric Lefebvre
Délégué national – Communication et action collaborative

© 2019 Tous droits réservés - Mentions légales - Conçu par CONCILIUM