Déclaration pour les municipales

DES ATTENTES PRECISES, DES SOLUTIONS STRUCTURANTES

Nous savons tous à quel point les Français sont attachés aux prochaines échéances électorales : les élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Au plus près des territoires, les Maires, leurs adjoints et l’ensemble des conseillers municipaux sont leurs interlocuteurs privilégiés. Acteurs de terrain et de confiance, ils sont les premiers remparts aux inquiétudes exprimées. En témoignent les derniers évènements « gilets jaunes », apportant une fois de plus la démonstration du rôle central de l’échelon communal.

Plus que jamais, ce rendez-vous démocratique doit assurer aux Français la preuve que leurs attentes ont été entendues et comprises. Pour ce faire, la cohésion des territoires doit impérativement être renforcée. Notre engagement doit être total. Un territoire ne doit pas être délaissé par rapport à un autre. Un citoyen ne peut pas être pénalisé par rapport à un autre en considération de son lieu de résidence. Ces fractures territoriales sont bel et bien présentes et sont source d’inégalités. Nous devons promouvoir l’équité entre les territoires, qu’ils s’agissent de territoires littoraux ou non, de territoires ruraux, péri-urbains et urbains.

Les politiques publiques conduites tant au niveau national que local doivent tenir compte de ces diversités pour y apporter des réponses justes. Les Maires et les élus municipaux en sont des acteurs clés. Leur proximité leur permet, mieux que quiconque, de connaître la diversité de leur territoire, leurs forces et faiblesses, de la couverture numérique à la mobilité douce et propre en passant par l’accès aux services publics. Une attention toute particulière doit être portée aux populations les plus fragiles comme les personnes âgées avec, au premier plan, l’accès aux soins et notre combat contre les déserts médicaux symptomatique de notre pays.

Ces réussites ne peuvent être effectives qu’avec les forces vives de tous. Les Maires ne pourront y arriver seuls. L’État doit leur apporter un soutien et un accompagnement solides et durables. D’un point de vue financier, d’une part. Si les Maires sont conscients de la nécessité de réduire les dépenses publiques, ils souhaitent que cette responsabilité soit partagée et non pas l’apanage unique des communes qui voient, qui plus est, accroître leurs missions. L’État doit garantir aux communes les moyens d’assumer leurs missions de proximité et d’intérêt général. En impulsant une politique ambitieuse, d’autre part. Des programmes ont été annoncés par le Gouvernement à destination des territoires ruraux. Face aux difficultés structurelles de ces derniers, cette dynamique doit être pérennisée, intensifiée et dotée de moyens correspondants, tout en accordant aux acteurs locaux une large place.

L’échéance électorale de mars 2020 est un tournant citoyen à ne pas manquer. Nos concitoyens attendent de leurs futurs élus des garanties fortes et des actions structurantes. Des exigences bien identifiées existent et ne peuvent être ignorées :

1- La maîtrise des finances locales
Elle ne peut être assurée que si les élus peuvent s’appuyer sur une base fiscale stable permettant d’avoir de la visibilité pour développer et investir dans leurs territoires.

2 – La protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique
Dans ce domaine, plus que dans n’importe quel autre, chacun, à son échelle, niveau local compris, peut engager des actions de transformation. Des leviers sont à la disposition des élus locaux pour améliorer la qualité de vie de leur citoyen : encourager une agriculture responsable en favorisant les circuits courts dans la restauration collective, lutter contre la pollution atmosphérique en développant avec les EPCI des solutions de mobilité douce, sensibiliser à une consommation sobre des ressources en facilitant le déploiement de réseaux de réemplois…

3 – L’attractivité et le rayonnement
Nos villes doivent être des lieux où il fait bon vivre, où la famille peut s’épanouir dans la certitude que sa liberté et sa tranquillité seront assurées. L’attractivité de nos villes via le maintien d’un tissu local de commerces et leur rayonnement culturel participent à part entière à cette qualité de vie. Pour y parvenir, la vitalité et le maillage du tissu associatif est une de nos priorités.

Ces axes constituent le fil rouge de l’ensemble des représentants d’agir_la droite constructive qui se mobilisent avec vigueur pour que ces engagements vivent tout au long de la campagne électorale mais également, et c’est surement là le point le plus important, après ces élections afin que ces transformations soient effectivement enclenchées et irriguent le quotidien de tous les Français.


(Lien vers doc PDF)

© 2019 Tous droits réservés - Mentions légales - Conçu par CONCILIUM